Le Nirvana les doigts dans le zen

Les causeries du Swami Bulchitananda

0,0,0

F – Acroissance

Classé dans : — pandanlag @ 0,0,0

Nikoli Zarkosa

La décroissance les doigts dans le zen. photo: Les Musclés.

Si vous espérez mettre en place une politique de décroissance joyeuse suite à un vote massif des citoyens et l’accord des institutions, vous vous mettez le doigt dans le zen, bien profond. Suis-je assez clair comme ça?
Si la décroissance existe un jour, ce sera la gestion obligée du chaos après la 3eme guerre mondiale qui se prépare ou un effondrement économique général. Parler aujourd’hui de décroissance c’est comme parler de confectionner des parachutes alors que l’avion est en feu, en train de s’écraser, cela-ne-sert-à-rien et c’est l’aveu d’un manque de courage pour combattre la situation présente. Le mensonge des ennemis des nations c’est « pensons à demain ».

Le faux sujet de la décroissance et la réalité
1) aucune action des gouvernements n’est envisagée dans cette direction.

2) la seule politique utilisée est la continuation du pillage et de la guerre.
3) hypnotisés par un mode de vie facile, les habitants ne font pas d’effort
4) n’étant pas préparée au chaos, 80% de la population mondiale va mourir, détruite par les guerres, les épidémies, les famines.

L’arrivée d’un état supérieur de conscience ne va rien changer au chaos. La conscience ne vous a jamais abandonné. Le doux message d’une spiritualité libératrice n’est là que pour vous duper. C’est juste une autre forme de consommation et d’endormissement. Vous ne mettez pas vos valeurs en action, et cela inclue le combat contre les ennemis du genre humain. Le basculement vers une économie réduite va bien se faire mais à un prix effroyablement élevé. La prise de conscience est bien là, puissante, entière. Elle va s’imposer brutalement puisque vous n’avez pas faits d’effort pour l’absorber, la gérer quotidiennement.

Serge Latouche l’écrit dans son livre Vers une société d’abondance frugale (éditions Mille et une nuits, 2011) page 112 : « C’est pourquoi une société de décroissance ne peut pas se concevoir sans sortir du capitalisme. Toutefois la formule commode « sortir du capitalisme » désigne un processus historique qui est tout sauf simple… L’élimination des capitalistes, l’interdiction de la propriété privée des moyens de production, l’abolition du rapport salarial ou de la monnaie, plongeraient la société dans le chaos et ne seraient possible qu’au prix d’un terrorisme massif… »

  La décroissance politique n’est pas souhaitable avant, pas utile pendant et futile après la chute de nos civilisations industrielles. Le coeur de la situation ne se situe pas au niveau politique comme il est dit partout. Il se situe au niveau de l’engagement religieux, qui est la défense du système traditionnel des valeurs et des pays. Nous sommes gouvernés par des terroristes qui gèrent le monde par le chaos. En fait, la destruction de l’ordre, de la stabilité, des cultures, des frontières, de l’éthique et du divin sont leur mode d’action. Ils ont leur propre vision raciste de la domination du monde. Ils colonisent l’imaginaire des populations en présentant l’avidité, l’acculturation  et le déracinement comme les seules valeurs autorisées. Vous n’avez aucun autre moyen pour imposer une nouvelle vision que de les combattre. Malheureusement, en occident, les peuples et leurs cultures ont été atomisés. Il ne reste plus assez de fond traditionnel puissant pour leur opposer une résistance. Tout a été fait pour détruire les valeurs, les cohésions ancestrales. C’est pour ça que la France, l’Europe, les Etats-Unis sont condamnés, incapables de faire front. Ils récoltent ce qu’ils ont eux-mêmes semés, le mensonge, la domination, la guerre. l’Europe et l’Amérique ne posant plus de problème, ce sont les pays arabes, faibles et démunis qui sont attaqués aujourd’hui. Demain se sera le tour de la Chine et L’inde. Il ne devra rien rester des cloisonnements du passé qui empêchent le nouvel ordre mondial, ou plan mafieux des banquiers, de se concrétiser. 

Ces banksters (gangsters banquiers) ne peuvent exercer un pouvoir fort et durable:
1) Ils n’ont d’autre gestion que le vol, la rapine, le mensonge, l’arrogance, le communautarisme. Il n’est pas possible dans ces conditions, d’exercer un quelconque pouvoir.
2) Ils ne sont qu’une poignée qu’il est facile d’éliminer rapidement.
3) Ils ont très peur, ils sont lâches, ils n’ont aucune force, ni physique, ni morale.
4) Ils se servent des médias (journaux et télé) pour faire passer leurs messages de domination et de peur. C’est  important de ne plus regarder la télé ou les journauix ou de s’en servir pour les destabiliser. 5) Ils utilisent le pouvoir militaire pour faire pression sur les peuples. 
En fait ils n’ont aucun pouvoir réel et les peuples sont plus nombreux que les armées. L’histoire montre que les soldats, membres du peuple, se retournent contre les puissants.
Souvenons-nous de l’empire romain.  Quand les populations conquises et mises en esclavage se sont rendues compte qu’elles n’étaient dominées que par une poignée de soldats de la légion romaine, elles les ont éliminé. Aujourd’hui les banquiers de Londres et Wall Street dominent les états avec la complicité des gouvernants. Ces gangsters veulent détruire la nationalité, ce dernier rempart à leur nouvel ordre mondial. Ces banquiers mettront les états en faillite par le prêt ou la guerre, jusqu’à ce que les populations soient prêtes à accepter leur domination mondiale.

Pourquoi s’en faire, nous avons tout fait pour en arriver là. Il y a comme une notion de suicide collectif, un auto sabotage programmé. Un refus de céder et un refus d’abandonner un mode de vie ignoble et obscène. Nous faisons toujours ce que nous avons décidé qui était bien pour nous. Nous sommes toujours là où nous devons être. Alors espérons que nous ferons face, soit au chaos soit au nouvel esclavage mondial.

Des questions à se poser:
Faites-vous partis de groupes de résistance, d’entraide?
Avez-vous des terres? Avez-vous des semences?
Savez-vous travailler un potager. Avez-vous des outils?
Savez-vous faire une conserve, une salaison, un boucanage?
Connaissez-vous les plantes médicinales, l’énergétique?
Connaissez-vous
un art de combat, les points vitaux du corps?
Savez-vous survivre en milieu hostile?
en montagne, en hiver?
Avez-vous une arme, savez-vous vous en servir?
Etes-vous prêt à tuer plusieurs êtres humains avec?

Si à l’une de ces questions vous répondez non, vous êtes déjà mort.
Peut-être apprendrez-vous un jour que vous n’êtes jamais nés
et que tout ce film était déjà écrit depuis longtemps.

 

 

Vidéo de M. Bourguignon sur les sols

Image de prévisualisation YouTube

 

 Article de Jean Ziegler paru dans la Marseillaise du 16-01-12

Invité par Sauramps, Jean Ziegler, professeur émérite de sociologie à l’Université de Genève donnera une conférence à Montpellier SupAgro autour de « Destruction Massive ».

Globalement, l’état des lieux que vous dressez de la situation fait pâlir. Quels sont les nouveaux paramètres de la faim au XXIe ?
Le massacre annuel de dizaines de millions d’êtres humains par la faim est le scandale de notre siècle. Toutes les cinq secondes, un enfant âgé de moins de dix ans meurt de faim, 37 000 personnes meurent de faim tous les jours et 1 milliard – sur les 7 milliards que nous sommes – sont mutilés par la sous-alimentation permanente… Et cela sur une planète qui déborde de richesses ! Le rapport sur l’insécurité alimentaire dans le monde de la FAO dit que l’agriculture mondiale pourrait nourrir normalement 12 milliards d’êtres humains. Au seuil de ce nouveau millénaire, il n’existe donc aucune fatalité, aucun manque objectif. Un enfant qui meurt de faim est assassiné.

Les populations les plus exposées sont les pauvres des communautés rurales des pays du Sud où se cumulent aux conditions environnementales une violence physique et économique ?
Un fléau particulier qui frappe les paysans depuis peu est l’accaparement des terres arables dans les pays du Sud. Selon la Banque mondiale, l’année dernière, 41 millions d’hectares de terres arables ont été accaparés par des fonds d’investissements et des multinationales en Afrique. Avec pour résultat, l’expulsion des petits paysans. Ce qu’il faut dénoncer, c’est le rôle de la Banque mondiale, mais aussi celui de la Banque africaine de développement, qui financent ces vols de terre. La théorie pernicieuse qui avance que la productivité agricole est très basse en Afrique ne tient pas. Ces pays sont étranglés par leur dette extérieure. Ils n’ont donc pas d’argent pour constituer des réserves en cas de catastrophes ni pour investir dans l’agriculture de subsistance. Un autre scandale dont souffrent les populations dans l’hémisphère sud est le dumping agricole pratiqué par les États industriels. L’année dernière, les pays industriels ont versé à leurs paysans 349 milliards de dollars à titre de subsides à la production et à l’exportation. Résultat : sur n’importe quel marché africain, on peut acheter des fruits, des poulets et des légumes français, grecs, portugais, allemands, etc. au tiers ou à la moitié du prix du produit africain équivalent.
L’hypocrisie des commissaires de Bruxelles est abyssale : d’une part, ils organisent la faim en Afrique et, d’autre part, ils rejettent à la mer, par des moyens militaires, des milliers de réfugiés de la faim qui, chaque semaine, tentent d’atteindre la frontière sud de la forteresse Europe.

Pourquoi cette conscience se heurte-t-elle à une opinion publique indifférente ?
La théorie néolibérale empoisonne l’opinion. Une dizaine de sociétés privées dominent complètement le marché alimentaire. Elles fixent les prix, contrôlent les stocks et décident qui va vivre ou mourir. Ces trusts disposent d’organisations mercenaires : l’OMC, le FMI et la Banque mondiale, pour qui réclamer une réforme agraire, un salaire minimum ou le subventionnement des aliments de base pour sauver les vies des plus pauvres est une hérésie. Au cours des vingt dernières années, le capitalisme financier s’est répandu comme un feu de brousse à travers le monde. Le meurtre collectif par la faim devient chaque jour plus effrayant. L’ONU devrait soumettre à un contrôle social étroit les pieuvres du commerce mondial agroalimentaire.

Vous mettez en lumière les incidences géopolitiques de la spéculation, à travers les révolutions du monde arabe qui est le premier importateur de céréales du monde ou de l’utilisation de la faim comme arme politique en Afghanistan, en Somalie, à Gaza…
Les fonds spéculatifs et les grandes banques ont migré après 2008, pour s’orienter vers les marchés des matières premières. Le prix des trois aliments de base (le maïs, le riz et le blé), qui couvrent 75 % de la consommation mondiale, a explosé. Cela dégage des profits astronomiques pour les spéculateurs, mais tue dans les bidonvilles des centaines de milliers de gens. En Afrique le Programme alimentaire mondial (PAM) ne peut plus acheter suffisamment de nourriture pour l’aide d’urgence. Il faudrait transférer ces spéculateurs devant un tribunal de Nuremberg et les juger pour crime contre l’humanité.
L’explosion des prix des aliments de base a joué un rôle crucial dans les révolutions notamment tunisienne et égyptienne. La faim comme arme de guerre : les Israéliens l’utilisent à Gaza, les Shebabs musulmans en Somalie.

Peut-on envisager un mouvement social international qui puisse faire reculer la Banque mondiale, l’OMC et le FMI ?
Malgré son titre – Destruction massive – mon livre est un livre d’espoir. La faim est faite de main d’homme. Elle peut être éliminée par les hommes. Il n’y a pas d’impuissance en démocratie. II existe des mesures concrètes que nous pouvons imposer ; interdire la spéculation boursière sur les produits alimentaires ; faire cesser le vol de terres arables ; empêcher le dumping agricole ; obtenir l’annulation de la dette extérieure des pays les plus pauvres en finir avec les agrocarburants… Tout cela peut être obtenu si nos peuples se mobilisent. J’ai écrit ce livre pour fortifier la conscience des citoyens. De formidables insurrections paysannes
– totalement ignorées par la grande presse en Occident – ont lieu actuellement dans nombre de pays du Sud : aux Philippines, en Indonésie, au Honduras, au nord du Brésil. Les paysans envahissent les terres volées par les sociétés multinationales, se battent, meurent souvent, mais sont aussi parfois victorieux. L’ordre cannibale du monde peut être détruit et le bonheur matériel assuré pour tous. Je suis confiant : en Europe l’insurrection des consciences est proche.
Recueilli par Jean-Marie Dinh

Jean Ziegler, auteur de « Destruction massive, géopolitique de la faim », éditions du Seuil.

 

Une Conférence de François Asselineau sur l’Europe - Edifiant
http://www.dailymotion.com/video/xbqgrx
Conférence montrant l’escroquerie bancaire et politique
Image de prévisualisation YouTube

Une conférence de Serge Latouche, économiste excellent sur la décroissance
et l’abandon de la dictature du capitalism, de la croissance.

http://www.dailymotion.com/video/xlf3my

http://www.dailymotion.com/video/xlf3on

Voici une vidéo expliquant la tendance à la sous-population – sous-titré Fr

Image de prévisualisation YouTube
lien:  http://www.youtube.com/?v=1GPbNde83f4

 

Voici une série sur l’escroquerie du réchauffement climatique

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Commentaires désactivés.

 

mes pitits Univeres |
Passion Rongeurs |
L'univers de BORIS TCHUENYIM. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pieces of Myself
| Ondine
| apres le viol